Recherche

Mes travaux s’articulent autour de la notion d’autonomie, et plus précisément de l’autonomie à long terme (mois, années) d’une entité artificielle.
L’objectif de mes recherches est d’étudier et concevoir des mécanismes non déportés permettant à une ou plusieurs entité(s) d’évoluer de manière autonome en environnement ouvert, dynamique et partiellement observable.

Ces hypothèses de travail me conduisent — de par la complexité de l’espace de recherche associé — à concentrer mes efforts sur l’élaboration d’une architecture d’agent intégrant des méthodes d’apprentissage artificiel et de prise de décision privilégiant la robustesse à l’optimalité (perçue comme un effet de bord). Ces recherches s’appuient sur des travaux pouvant se rattacher à l’IA forte, à l’approche développementale et aux neurosciences.

Les cadres applicatifs considérés, bien que distincts, font appels à des solutions reposant sur ces principes :

 – Défense : L’avènement de systèmes (air/terre/eau) « autonomes », et leur intégration dans les forces armées, conduit à l’apparition d’un certain nombre de problématiques. En effet, dans la mesure où les communications ne peuvent êtres garanties à chaque instant, comment permettre aux systèmes de s’adapter aux situations imprévues tout en garantissant le respect de la chaîne de commandement et des règles d’engagement ? Nos travaux tentent de proposer une réponse à ces questions.

Mots-clés : architecture adaptative, autonomie ajustable, décision sous incertitude, robustesse, apprentissage, coordination

 – Jeux Vidéos : L’avènement d’univers ouverts, gigantesques et persistants (plusieurs dizaines d’années) engendre un besoin croissant de génération automatique de contenu statique (niveau, missions), mais également dynamique (comportements des personnages non joueurs). En effet, d’un point de vue vidéoludique, pour qu’un jeu reste intéressant les comportements des PNJ doivent évoluer au cours du temps en fonction des interactions réalisées avec les joueurs, tout en restants cohérents avec l’univers élaboré. D’un point de vue technique, les ressources consommées doivent cependant rester limitées. Notre architecture est une proposition dans cette direction.

Mots-clés : architecture adaptative, autonomie, prise de décision, robustesse, apprentissage

 – Energie (SmartGrids): La gestion de la demande et l’arrivée massive des énergies renouvelables modifient la topologie du réseau et les rôles des différents acteurs, qui deviennent dynamiques (on parle de prosumer). Dans ces conditions, maintenir l’équilibre du réseau (injection-soutirage) tout en maximisant les intérêts de chacun nécessite l’élaboration de solution décentralisées, adaptatives, et robustes.

Mots-clés : smartgrid, pilotage décentralisé, architecture adaptative, optimisation, coordination, anytime

Site en cours de (re)construction.